La vie au village

par Laurent | 8 mars 2019
catégories : africantour

  • 2019-01-12_cameroun_au-village_6380_k
  • 2019-01-12_cameroun_au-village_6395_k
  • 2019-01-12_cameroun_au-village_6409_k
  • 2019-01-12_cameroun_au-village_6417_k
  • 2019-01-12_cameroun_au-village_6418_k
  • 2019-01-12_cameroun_au-village_6423_k
  • 2019-01-13_cameroun_au-village_6438_k
  • 2019-01-13_cameroun_au-village_6453_k
  • 2019-01-13_cameroun_au-village_6464_k
  • 2019-01-13_cameroun_au-village_6468_k
  • 2019-01-13_cameroun_au-village_6492_k
  • 2019-01-13_cameroun_au-village_6508_k
  • 2019-02-11_cameroun_au-village_7747_k
  • 2019-02-11_cameroun_au-village_7759_k
  • 2019-02-11_cameroun_au-village_7761_k
  • 2019-02-13_cameroun_au-village_7791_k
  • 2019-02-19_cameroun_au-village_8056_k
  • 2019-02-19_cameroun_au-village_8059_k
  • 2019-02-20_cameroun_au-village_8391_k
  • 2019-02-20_cameroun_au-village_8397_k
  • 2019-02-20_cameroun_au-village_8406_k
  • 2019-02-20_cameroun_au-village_8424_k
  • 2019-02-20_cameroun_au-village_8427_k
  • 2019-02-20_cameroun_au-village_8449_k
  • 2019-02-20_cameroun_au-village_8465_k
  • 2019-02-20_cameroun_au-village_8471_k
  • 2019-02-20_cameroun_au-village_8483_k
  • 2019-02-20_cameroun_au-village__k
  • 2019-02-21_cameroun_au-village_8494_k
  • 2019-02-21_cameroun_au-village_8508_k
  • 2019-02-21_cameroun_au-village_8509_k
  • 2019-02-21_cameroun_au-village_8523_k
  • 2019-02-21_cameroun_au-village_8550_k
  • 2019-02-21_cameroun_au-village_8559_k
  • 2019-02-21_cameroun_au-village_8561_k
  • 2019-02-22_cameroun_au-village_8564_k
  • vie-au-village_cameroun_au-village_2146_k
  • vie-au-village_cameroun_au-village_2175_k
  • vie-au-village_cameroun_au-village_2194_k
  • vie-au-village_cameroun_au-village_2250_k
  • vie-au-village_cameroun_au-village_2256_k
  • vie-au-village_cameroun_au-village_2265_k
  • vie-au-village_cameroun_au-village_2279_k
  • vie-au-village_cameroun_au-village_2_k
  • vie-au-village_cameroun_au-village__k
 
Image La vie au village

S’il est un endroit où l’on peut vraiment parler de retour aux sources, c’est bien « au village », terme affectueux donné au village d’origine de bon nombres de Camerounais exilés dans les principales villes du pays. Ils sont nombreux à y retourner presque tous les week-end s’ils le peuvent, ou alors lors des nombreuses fêtes qui ponctuent la vie locale et familiale (deuil, funérailles, intronisation du nouveau chef, ...). Nous aimons de notre côté nous y rendre fréquemment pour y goûter une vie simple et proche des éléments.

«Notre» village s’appelle Bayangam et se situe dans l’Ouest Camerounais. Son nom proviendrait d’une invasion de sauterelles qui aurait dévasté le village. Un clin d’œil aux 10 plaies d’Egypte pour ce peuple Bamileke dont les premiers habitants en seraient les descendants directs. Répartis sur 50 km2, les 15’000 habitants sont dispersés sur le relief accidenté de La région dans les concessions familiales.

Bayangam
Le nom «Bayangam» proviendrait d'une invasion de sauterelles...

Y accéder est une vraie aventure

L’accès n’est pas des plus simple car une seule route dont l’état laisse à désirer permet de rallier les 290 km à Douala (et autant pour Yaoundé). Il faut environ 6 heures pour rallier le village, si tout va bien. Les heures de départ sont aléatoires, les pannes mécaniques fréquentes sans oublier les accidents, parmi les plus meurtriers de l’Afrique centrale. Mais cela ne décourage pas le millier de passagers qui s’élancent chaque jour à l’assaut de l’Ouest Camerounais...

Le moyen de transport le plus utilisé reste le bus dont les différentes compagnies rivalisent de créativité pour attirer les clients: Général Express, Trésor ou Garantie... Le hic, il faut attendre que le bus soit plein pour qu’il parte! Durant les nombreuses heures de contorsionisme que durent le voyage (le nombre de sièges et de passagers ne correspondent que très rarement), heureusement qu’il y a de l’animation: un naturopathe plus ou moins patenté vous offre des bonbons et vous vante les vertus de décoctions artisanales réglant tous les maux, des maux de ventres aux problèmes érectiles en passant par les boutons sur les fesses (véridique!). Bref, après 6 heures environ, Bafoussam et ses routes poussiéreuses accueillent les voyageurs gavés de fruits, brochettes et autres arachides achetées sur la route.

Il faudra encore rallier Bayangam à quelques 30 minutes, en taxi et finir les 500 derniers mètres à pied, au milieu des bananiers et autres plants de manioc.*

Djabu
Il faut payer de sa personne pour trouver cette tranquillité!

La nature au rendez-vous

La vie y est très simple: cuisine au feu de bois avec les produits des champs à proximité, éclairage à la lampe à pétrole et douche dans la petite rivière en contrebas de la concession. Et le petit coin, une expérience inoubliable! Il n’est pas rare de se coucher à 20h, à moins que les histoires s’enchaînent au coin du feu. Pour la nuit, de grosses couverture épaisses ne sont pas un luxe car le mercure descend vite dans la région. Bien se serrer les uns les autres sur les matelas de fortune est également une option de choix.

En journée, on aura alors tout le loisir d’apprécier la terre rouge (voir l'article il était une fois dans l’Ouest), les eucalyptus dominant le domaine et les oiseaux s’égosillant sur les bananiers. La nature étant très généreuse ici, on trouvera mangues, avocats, arachides, maïs, tomates, manioc et j’en passe... tout en pouvant jardiner directement sur plusieurs hectares.

au coin du feu
Au coin du feu, le véritable retour au sources...

Retour aux sources

Les personnes que nous avons amenées ici ont toutes apprécié l’expérience. Pour les occidentaux, ce retour aux sources est une chance, même s’il ne faut pas que ça dure trop longtemps. On se souvient de Nathalie, revigorée par une bonne douche et un matelas «king size» le lendemain de notre passage à Bayangam dans la magnifique villa Boutanga à Bangoulap, à quelques kilomètres seulement, offrant un contraste saisissant comme seule l’Afrique sait en produire.

*a moins d’avoir son propre véhicule avec chauffeur, le luxe suprême ; )

catégories : africantour


AFRICAN TOUR 18 | 19

 
 
 

Vivez l'aventure
avec nous!

Rejoignez la Tribu Gakomo!

Profitez d'infos exclusives, de vidéos (recettes, reportages), de contes ou autres instants de bonheur à partager!

 
 
 
 
design by lien custom design
powered by lien Kameleo